LA MISSION GAÏA : CLAP DE FIN POUR LA MISSION

Tout d’abord je voulais vous souhaiter une bonne année 2021. Ceci fait, Pour célébrer la nouvelle année, je vous fais un petit article sur la fin de la mission Gaïa. La fin de la mission a eu lieu ce 31 décembre 2020. Je prévois d’ailleurs un article plus détaillé d’ici quelque temps. Article qui reviendra plus en détail sur la mission Gaïa, ainsi que sur son illustre prédécesseur, le satellite Hipparcos.

Mais rassurez-vous. L’ESA a annoncé le 1ᵉʳ octobre 2020 une nouvelle prolongation de la mission Gaïa. Cette nouvelle prolongation, repousse la fin de la mission au 31 décembre 2022.

En attendant, vous pouvez toujours aller lire le dernier article du blog consacré aux missions martiennes ici.

CLAP DE FIN POUR LA MISSION GAÏA
Maquette de Gaïa au salon du Bourget 2013

PRÉSENTATION DE LA MISSION GAÏA

En ce qui concerne le spatial, la fin de l’année, a ainsi signé la fin de la mission pour la mission Gaïa. Ainsi, c’est le 19 décembre que la mission s’est envolée du plancher des vaches. Elle avait comme objectif, de se mettre en orbite autour du point de Lagrange L2 du système Terre/Soleil.

LA MISSION GAÏA : CLAP DE FIN POUR LA MISSION
Gaïa orbite autour du point de Lagrange L2 qui se déplace avec la Terre autour du Soleil.


Sa mission opérationnel a débuté en juillet 2014, pour une durée initiale de 5 ans. Finalement, fin 2017 le comité scientifique de l’Agence spatiale européenne donne son accord pour le prolongement de la mission Gaïa de 18 mois entre le 25 juillet 2019 et le 31 décembre 2020.

La mission Gaïa, est une mission spatiale astrométrique. C’est la seconde mission d’astrométrie de l’ESA. La première, était la mission Hipparcos, qui à démarrer en 1989, et a fini en 1997. La mission Gaïa mesure la position, la distance et le mouvement des étoiles, grâce à la parallaxe.

L’ESA a retenu le projet en 2000. Le projet est une des mission du programme Horizon 2000+ de l’ESA.

La mission Gaïa, a mesuré la parallaxe de plus d’un milliard d’objets. Gaïa a pour objectif de mesurer les caractéristiques de plus d’un milliard d’objets célestes, (étoiles, astéroïdes, galaxies, etc.). Et cela jusqu’à la magnitude 20. Pour rappel, plus la magnitude apparente d’un objet est grande, moins cet objet est lumineux. Par exemple, dans un ciel excellent, sans pollution lumineuse, l’œil humain ne peut pas voir d’objets qui ont une magnitude supérieur à 6.

OBJECTIFS SCIENTIFIQUES DE LA MISSION

Ainsi, avec les données récoltées pendant la phase opérationnelle, Gaïa devrait contribuer significativement à plusieurs disciplines de recherche fondamentale.

Enfin, au cours de la mission, l’ESA a publiée plusieurs catalogues synthétisant les résultats obtenues grâce aux données collectées.

Pour commencer, plusieurs catalogues ont vu le jour, grâce aux données récoltées. Premièrement, le premier catalogue en septembre 2016, la seconde version en avril 2018. Enfin l’ESA va publier une troisième version pour le premier semestre 2022.

POUR ALLEZ PLUS LOIN

Enfin, pour allez plus loin, vous pouvez allez voir ces liens

https://www.esa.int/Space_in_Member_States/France

https://www.esa.int/Enabling_Support/Operations/Gaia_operations

UN ASTÉROÏDE TUEUR… OU PAS !

Un astéroïde tueur... ou pas !
illustration qui est souvent repris dans les médias mais totalement putaclic . A cette échelle, l’astéroïde ferait environ 1000 km

Un astéroïde tueur… ou pas ! En premier lieu, si vous êtes comme moi passionné d’astronomie, lorsque vous voyez que des journaux généralistes publient des articles sur l’astronomie. Premièrement, sur le coup, je me dit que c’est bien que la presse généraliste fasse des articles sur le sujet. Je sais je suis naïf ! Je me disais que peut êtres, comme ça peut êtres que cela intéressera le grand public à l’astronomie.

Pour commencer, avec le temps je remarques que la très grande majorité des articles que l’on y trouve sont des articles putaclics. Premièrement, ces articles n’ont pas pour but de faire de l’info, ils sont justes là pour attirer le lecteur et à le faire cliquer sur l’article. Chaque fois qu’un astéroïde passe à proximité de la Terre, on a droit à un titre du genres  » Un astéroïde tueur…  » ! Tout ça pour vendre des pubs sur leur site. Cela est d’autant plus vrai sur les versions en ligne de ces journaux. Mais cela est aussi vrai sur les chaines d’info en continue comme BFM, CNEWS, et j’en passe. Enfin, vous verrez plus loin dans l’article que quand ils nous disent qu’il passera à proximité c’est relatif.

Que va t-il se passer le 2 novembre ? Un astéroïde tueur ?

Alors est ce que la Terre va entrer en collision avec un astéroïde tueur ?

NON ! RIEN ! Il ne va rien se passer de particulier le 2 novembre. En tout cas rien de spectaculaire. Contrairement aux articles putaclic de certains journaux, non il ne va pas avoir d’astéroïde tueur. Premièrement l’astéroïde nommé 2018 VP1, n’a que 0,41% de chance d’entrer en collision avec la Terre. Il faut aussi rajouter que même s’il entrait en collision avec celle-ci, vu ça taille très réduite, il sera très vite disloqué dans l’atmosphère. En effet il ne fait seulement que 2 mètre dans sa plus gronde longueur, d’après les dernières observations. Ce qui est ridiculement petit par rapport à l’astéroïde qui a décimé les dinosaures et que l’on estime à entre 10 et 14 km !

A voir cette compilation qui montre la dislocation du Superbolide de Tcheliabinsk qui a été observé dans le ciel du sud de l’Oural, au-dessus de l’oblast de Tcheliabinsk, le matin du 15 février 2013 à environ 9 h 20 locales

D’un diamètre de 15 à 17 m et d’une masse estimée de 7 000 à 10 000 tonnes, le bolide s’est fragmenté dans l’atmosphère, entre 40 et 20 kilomètres d’altitude. Le phénomène a libéré une énergie estimée par le JPL à 440 kilotonnes de TNT . Donc avec une longueur de 2 mètres seulement, il n’y a aucune chance que l’astéroïde fasse des dégâts.

Cela ne rate jamais. chaque fois qu’un astéroïde, passe à proximité de la Terre, dans les média on a souvent droit à un article putaclic du genre « un astéroïde va frôlé la Terre… ». Bon déjà quand ils racontent qu’un astéroïde va frôlé la terre, c’est un grand mot. Souvent ces astéroïdes passe à plusieurs million de km de la Terre. Ce qui représente plusieurs fois la distance Terre-Lune ! Pour résumer, on a droit très (trop) souvent dans les médias à des articles putaclic pour un gros cailloux de quelques mètres à plusieurs centaines de mètres, et qui va passer dans l’écrasante majorité ,à plusieurs millions de km de la Terre.

Quand ce n’est pas un astéroïde tueur, c’est la super lune

Un autre sujet de prédilection de ces « journaux », c’est la super lune. Le concept de super lune, c’est un concept, d’astrologie et non d’astronomie. Et c’est de la merde !

En conclusion, cela fait que le grand public, qui est emballé de prime abord en lisant un article qui lui parle par exemple de la super lune. Il pense qu’il assistera à un phénomène astronomique exceptionnelle. Mais malheureusement, il se rend compte que c’est une lune normale. Ce qui fait qu’il est déçus et ce dit certainement que l’astronomie c’est bien de la merde !!!

Un exemple d’un articles putaclics et alarmiste par le site de CNEWS et de LCI

https://www.cnews.fr/monde/2019-08-27/la-nasa-craint-larrivee-dun-asteroide-geant-le-dieu-du-chaos-870989

Vidéo de la chaine Astronogeek qui parle du sujet

Un précédent article qui pourrait vous intéresser

https://scienceastro.fr/lor-ce-metal-venus-des-etoiles/

Mise à jour

Vidéo sur le sujet posté le 30/08/2020 sur la chaine du youtubeur Le Petit Astronome

Lien vers ça chaine: https://www.youtube.com/channel/UCyeoIdJHgQhOrct9mVJ2fTQ

Mars en opposition le 16 octobre 2020

Mars en opposition le 16 octobre 2020
Photographie de la surface de la planète Mars

Actuellement, la planète Mars se situe à environ 80 millions de Kilomètres de la terre et continue de se rapprocher de nous. Mars sera en opposition le 16 octobre 2020

En effet, Mars sera en opposition le 16 octobre 2020, et sera au plus proche de la Terre le 6 octobre 2020. A ce moment-là, la planète Mars sera à seulement 60,07 millions de km de la Terre. Elle aura un diamètre apparent de 22,6 secondes d’arc et une magnitude apparente de -2.6. Ce qui augure des observations particulièrement favorables pour les astronomes amateur.

Mars en opposition le 16 octobre 2020
photo prise par Jean-Luc Dauvergne le 18 août 2020 à l’aide d’un télescope de 300 mm, depuis Paris

Que veut dire Mars en opposition le 16 octobre 2020

Quand on dit que Mars est en opposition, cela veut dire que la planète Mars se situe à l’opposé du soleil par rapport à nous. C’est aussi à ce moment que la distance Terre Mars est la plus faible. Rappelons que la distance entre la Terre et Mars varie très fortement entre 56 millions à 400 millions de km ! Toutefois, la distance minimale peut varier fortement. Elle peut varier entre les oppositions entre 56 millions et 100 millions de km.

Mars en opposition le 16 octobre 2020
schéma d’une opposition, avec le soleil au centre la terre en bleu et mars en marron

L’opposition de la planète Mars en 2018

Lors de l’opposition de 2020, Mars sera moins proche de la Terre et son diamètre apparent sera donc un peu plus faible que lors de l’opposition de 2018. En effet, cette année-là, l’opposition était particulièrement favorable. En 2018 la distance avec la Terre était de seulement 57,68 millions de kilomètres, la plus faible depuis 2003 qui était alors de 55,77 millions de km. Inversement, dans la période 1995-2018, l’opposition avec la plus grande distance Terre-Mars à été lors de l’opposition de 2012. Cette année la distance minimale était de 100,83 millions de km.

Mars en opposition le 16 octobre 2020
Les Oppositions de la planète Mars de 1995 à 2018

Comment repérer Mars dans le ciel quand Mars sera en opposition le 16 octobre 2020

Pour pouvoir repérer Mars dans le ciel nocturne, rien de bien compliquer. Elle apparaît comme une étoile très brillante et teintée de rouge. Il suffit d’avoir une idée de la direction où chercher, et on la trouve facilement grâce à son éclat. En 2020, la planète se situe dans la constellation des Poissons.

Comment bien observer Mars

Il y a plusieurs moyens d’observer Mars.

Il est a noter que au moment où j’écris ses lignes, Mars est déjà visible une bonne partie de la nuit et peut ont peut déjà faire de très bonne observations

Vous pouvez simplement l’observer a l’œil nu. Bien sûr il sera impossible de voir des détails de la planète. Elle vous apparaitre alors comme une grosse étoile avec une teinte légèrement oranger et ne scintillera contrairement aux étoiles ordinaires.

Les jumelles ne seront pas d’une grande utilité. En effet elles n’apporteront rien de plus qu’a l’œil nu.

Une lunette ou un télescope de 60 à 100 mm de diamètre avec un fort grossissement permettra de faire apparaître le disque, mais sans plus.

Il faut en au moins un télescope ou une lunette d’au moins 130mm avec un fort grossissement pour que les premiers détails de la surface vous soient accessibles.

Quelques conseils d’observation

Attendre que Mars soit haut dans le ciel pour limiter les perturbations atmosphériques

Il vous faudra éviter les sources de turbulence atmosphérique. La turbulence atmosphérique se détecte en observant attentivement à l’œil nu l’aspect des étoiles : si elles scintillent, c’est qu’il y en a.

Envisager aussi de faire vos observation une soirée sans vent.

Pour éviter la turbulence à l’intérieur de votre instrument, pensez à le sortir au moins une heure d’avance pour que sa température s’équilibre avec celle de l’extérieur.

Lien

Voici le lien d’un article du site ciel et espace d’où provient l’image de Mars prise par Jean Luc Dauvergne

https://www.cieletespace.fr/actualites/mars-approche-et-sa-calotte-polaire-sud-retrecit

Lien vers un ancien article du blog

https://scienceastro.fr/le-champ-profond-du-telescope-hubble/

LA COMÈTE ATLAS C’EST ELLE DISLOQUE OU NON ?

La comète Atlas, le 11 avril 2020. Photo prise par les astrophotographes Jose de Queiroz et Michael Deyerler. On distingue clairement un fragment à l'avant de la comète. © Jose de Queiroz, Michael Deyerler, Spaceweather
la comète atlas prise par les astrophotographes Jose de Queiroz et Michael Deyerler

Et voila, la comète ATLAS de son nom complet C/2019 Y4 ATLAS, découverte par le relevé astronomique ATLAS le 28 décembre 2019, qui aurait pu devenir une grande comète visible a l’œil nu en mai 2020, a fait pschitt !

En effet, depuis mars 2020, elle était devenue la deuxième plus brillante comète du ciel et aurait du devenir visible a l’œil nu début mai.

quand pourrons nous voir la comète atlas

Malheureusement, début avril, les astronomes on remarqués une baisse de luminosité de la comète atlas, qui peut être expliqué pas une dislocation de son noyau, ce qui ce confirme par les observations récentes.

une autre comète a subit le même sort que la comète ATLAS

Cette histoire nous rappelle la comète ISON de son nom poétique C/2012 S1 (ISON), qui aurait elle aussi pu devenir une grande comète en 2013, a subit le même sort en se rapprochant trop prés du soleil lors de son passage au plus près de notre étoile, en passant a seulement 1,17 million de Km de celui-ci.

deux comètes exceptionnelles dans les années 90 à qui la comète atlas aurait pu faire de l’ombre

Inversement, pour ceux qui ce rappelle les années 1990 nous ont gratifiés de deux grande comètes respectivement Hale-Bopp qui est passée au périhélie le 1er avril 1997, et Hyakutake qui elle, est passée a son périhélie le 1er mai 1996.

Malheureusement pour nous, il faudra êtres patient pour espérer revoir ces deux comètes. En effet Hyakutake ne devrait pas repasser à son périhélie avant 70000 ans et Hale-Bopp elle, devrait repasser à son périhélie en 4385 d’après les estimations des astronomes.

Pour en finir avec la comète Hale-Bopp, elle est tous à fait remarquable car les dernières observation a l’œil nu sont rapportées en décembre 1997, soit visible a l’œil nu pendant 18 mois, et active pendant bien plus longtemps, mais réservée aux observations des astronomes.

plus d’info sur ces deux comètes

http://www.astro.ulg.ac.be/~demoulin/data.htmhttps://

www.le-systeme-solaire.net/hyakutake.html

autres articles qui pourrait vous intéresser

https://scienceastro.fr/les-sondes-voyager/